Eric van de Poele official web site
Vous êtes ici > Accueil > Actualités
Eric van de Poele official web site

16/04/2007 - 1000 kilomètres de Monza : la victoire de toute une équipe

Highresone.jpg

Qui aurait cru à un pareil dénouement en début de semaine ?
dénouement en début de semaine ? En effet, la Lola Horag était toujours dans le bateau parti de New York après les 12 heures de Sebring qui devait la ramener en Europe. C'est seulement mercredi que celle-ci arriva finalement dans la ville des quatre garçons dans le vent de Liverpool.

A peine la numéro 27 débarquée du navire, une course contre la montre s'engage pour que la voiture soit prête vendredi à 12 heures 30 heure à laquelle débutent les essais libres des 1000 kilomètres de Monza.

La B05.40 rejoint le paddock jeudi à 11 heures 20 du matin. Et dès que le V8 Judd rugi à l'entame de la première séance, le personnel de la formation helvète venait de remporter une première victoire. Oui la voiture est prête, oui il n'existe plus aucun stigmate de Sebring. Tout a disparu y compris les autocollants ALMS qui ont laissé la place à ceux du championnat LMS.
Les qualifications se terminent par le 5e temps réalisé par un van de Poele en pleine forme. Dans le stand, la sérénité est de mise. Chacun sait qu'il aura à jouer une partition sans fausse note ce dimanche à l'occasion des 1000 kilomètres. Certes moins rapide sur un tour Didier Theys, Eric van de Poele, Fredy Lienhard pourront s'appuyer sur le collectif des préposés aux changements de pneus, et au remplissage du réservoir d'essence, sous la baguette de Markus Hotz pour forger un résultat. Au bout de 5 heures 30 d'une course exemplaire, la première marche du podium revient à l'équipage de la Lola Lista LO plus qu'un succès de pilotes, c'est la victoire d'un personnel soudé prêt à se battre l'un pour l'autre que l'on a enregistrés. Laissons la parole aux vainqueurs.

Eric van de poele :

« Voiture sous-vireuse, mais constante. Le premier une Ferrari est partie en tête-à-queue devant moi à la Chicane Lesmo 2. J'ai connu deux moments délicats.

Nous nous sommes touchés, ce qui a entraîné quelques menus dommages à l'avant de la carrosserie. Trois ou quatre tours plus tard, c'est une Aston Martin qui exécutait une figure devant moi ». Et Tintin de penser : «Oh pourquoi moi ? Encore moi ? Finalement tout se termine bien ».


Fredy Lienhard :

« Voiture parfaite Durant mon relais. J'en ai gardé un peu sous la pédale, je pense que j'aurais pu être un peu plus rapide au fur et à mesure que le réservoir s'allégeait. Mais je ne voulait pas attaquer à outrance. En outre il ne servait à rien de tenter de dépasser un concurrent en prenant des risques insensés, imaginez qu'il ne m'ait pas vu, qu'il m'ait embouti, la course s'achevait pour nous. Perdre quelques dixièmes de seconde sur une course de 5 heures, c'est insignifiant. Ma tâche essentielle consistait à passer la voiture à Didier dans un état impeccable. Le rythme de la course fut endiablé. Le vainqueur s'est imposé à plus de 200 kilomètres heure de moyenne, impressionnant » !


Didier Theys :

« Mon premier train de pneus n'était pas parfait. Aucune adhérence à l'avant. A la fin de mon relais, l'équilibre s'est amélioré. Chaussé de quatre pneus neufs pour conclure la course, je n'ai rencontré aucun problème particulier à l'exception d'un léger sous-virage. Notre formation a abattu un travail extraordinaire pour nous fournir un matériel exempt de tout reproche et ce malgré le retard enregistré dans le transport entre Sebring et Monza. Au fond peut-être devrions-nous penser à envoyer la voiture par bateau à Valence histoire de réduire les coûts ». Et Didier d'éclater de rire. « Plus sérieusement, de séance de travail en séance de travail, la voiture n'a cessé de progresser, en course nous n'avons connu aucun ennui, nous ne pouvions qu'être heureux de ce résultat ».

Si le chef d'orchestre est là pour donner le tempo, pour veiller à ce que chacun soit en mesure d'évoluer à son meilleur niveau tout en restant dans l'ombre, le temps est venu pour lui de confier ses impressions. Ecoutons Markus Hotz, un team-manager discret mais ô combien décisif dans les succès passés, présents et futur de la formation Horag.


Markus Hotz:

« Un jour important pour notre formation. Tout le monde a effectué de l'excellent boulot. Je suis très fier de toute mon équipe ainsi que des pilotes. »

Patrick Six : relais presse de Didier Theys et Eric van de Poele.
Tél : 02.652.20.30.
Portable: 0478.39.51.07.

Retour aux actualités

Conditions générales Mentions légales | Powered by Atoms | Designed by defimedia