Eric van de Poele official web site
Vous êtes ici > Accueil > Actualités
Eric van de Poele official web site

15/04/2008 - La dernière visite d'Eric sur le circuit de Mexico City etait en 1991 & 1992 sur F1

1991 - Lambo F1

Le circuit Hermano Rodriguez de Mexico culmine à plus de 2.000 mètres d'altitude. Entretien avec Eric van de Poele pour en savoir plus sur les spécificités

des réglages à apporter aux voitures.

Patrick Six: Quelles sont les difficultés à surmonter pour obtenir le rendement optimum ou optimal? d'une voiture sur un circuit en altitude?

Eric van de Poele: Bien entendu, un travail particulier de la part du motoriste est très important. Je sais que CRD (le préparateur de notre moteur PONTIAC)

a particulièrement soigné la cartographie afin d'optimiser au mieux tous ces paramètres particuliers.

La perte de puissance est-elle significative?

« Très significative, certainement supérieure à 10% ».

Le circuit Hermano Rodriguez correspond-t-il mieux aux caractéristiques de la Lola que celui de Homestead?

« On en reparlera après la course, mais je tiens à souligner que ce ne sont que les faits de courses à Homestead qui ont empêché nos deux voitures de faire

partie du top 6; nous devrions être au moins aussi performants ».

Quels sont les enseignements tirés après Miami et dont bénéficiera la voiture?

« Beaucoup de modifications concernent la procédure du changement de pilotes, mais sur le plan aéro et châssis, rien de radical ».

Un podium est-il envisageable dès la deuxième sortie de la Lola?

«Oui, avec un peu plus de réussite, Nic et Ricardo auraient déjà dû être sur le podium à Homestead mais avec des "si"... »

N'est-ce pas à partir du rendez-vous de Altone, mini Brandshatch à l'américaine qui convient à une voiture dotée d'appui que tu seras en

mesure de rivaliser avec Riley?

«On sera compétitifs partout ».

Comment expliques-tu le grand nombre de drapeaux jaunes intervenus aux 24 Heures de Daytona ainsi que lors des 250 miles de Homestead?

« C'est vraiment dommage pour la course : il y a là un excès qui nuit au spectacle et qui casse la course si à la moindre alerte, ils sortent les safety

cars. Nous sommes de grands garçons qui savons respecter les commissaires de pistes et les drapeaux localisés à certains virages. Et je peux te dire que

dans la voiture c'est vraiment énervant et frustrant; c'est le seul point que je regrette après Miami. A Daytona, sur 24 Heures, c'est beaucoup moins pénalisant».

Le Ganassi Racing est-il déjà hors d'atteinte pour les autres?

«Ils ont pris un bon avantage, mais tu sais en course, rien n'est jamais gagné avant la dernière ligne droite et encore... »

Qu'évoquent pour toi Pedro et Ricardo Rodriguez, des dieux au Mexique?

«Des noms qui ont marqué ma petite enfance. Eh oui je me souviens des Grands Prix à cette époque ».

Retour aux actualités

Conditions générales Mentions légales | Powered by Atoms | Designed by defimedia